www.pfsylvestre.ca
Photo : Nancy Vickers

MENU DES TITRES RECENSÉS
DEPUIS OCTOBRE 2019

A Distinct Alien Race: The Untold Story of Franco-Americans. Industrialization, Immigration, Religious Strife, essai de David Vermette : 10 décembre 2019
Bernard Aimé Poulin, un portrait – a portrait, album bilinguede Benoît Cazabon : 13 octobre 2019
Crevaison en corbillard, nouvelles de Paul Ruban : 22 novembre 2019
Dérives américaines, nouvelles
de Hugues Corriveau : 4 novembre 2019
Escales parisiennes, roman de Denis-Martin Chabot : 8 décembre 2019
L’Abécédaire de Théo – les métiers, album de Julia Gagnon :
24 novembre 2019
L’Amérique fantôme : les aventu-riers francophones du Nouveau Monde, essai de Gilles Havard :
15 octobre 2019
La dalle des morts, roman de Daniel Lessard : 14 octobre 2019
La danse de l’aîné célibataire
ou la résistance des marges
,
essai de 
Jean-Pierre Pichette :
17 décembre 2019
La maison aux lilas, nouvelles
de Maurice Henrie : 3 novembre 2019
La Petite Encyclopédie illustrée
des bébés animaux
, album de 
Maja Säfström : 19 décembre 2019
La Tentation du pardon, roman
de Donna Leon : 5 novembre 2019
Le jour se lèvera, roman de Gabriel Osson : 29 décembre 2019
Les baleines pleurent aussi, roman de Karine Boucquillon-Davidson : 28 décembre 2019
Le vieil homme sans voix, roman de Dédier Leclair : 9 décembre 2019
L’Inspecteur Dalil à Paris, roman policier de  Soufiane Chakkouche : 18 décembre 2019
On tue…, roman de Jean-Jacques Pelletier : 23 novembre 2019
Un village en trois dés, contes de Fred Pellerin : 27 décembre 2019
Le Petit Prince d'Antoine de Saint-Exupéry, publié en 1943, a été vendu à plus de 145 millions d'exemplaires et traduit en 253 langues.

Coquineries livresques

On dit souvent que les gars lisent moins que les filles. J’ai la preuve
que les hommes fréquentent gaiement les bibliothèques.
C’est l’artiste russe Igor Sychev, maître du réalisme magique,
qui l’illustre dans « Forgotten
Pages Were Like Clothes » :

Bienvenue sur le site jaipourmonlire.ca !

Vous y trouverez surtout des recensions de livres franco-canadiens, québécois
et français, parfois des traductions d'ouvrages américains, britanniques., suédois ou iuslandais. À moins d'indication contraire, les articles sont rédigés par
le critique littéraire Paul-François Sylvestre (photo ci-contre).
La vingtaine de titres recensés depuis la mi- octobre 2019 figurent dans
l
a colonne de gauche; ils sont présentés en ordre alphabétique, avec la date
de publication.
Sur la page J'AI LU POUR VOUS, les recensions apparaissent
de la plus récente jusqu'à la plus ancienne mise en ligne. La troisième page présente quelques COUPS DE COEUR au fil des mois. Bonne lecture !

COUP DE COEUR DE DÉCEMBRE 2019

David Vermette 
A Distinct Alien Race: 
The Untold Story of Franco-Americans.
Industrialization, Immigration, Religious Strife 
Baraka Books

Entre 1890 et 1900, un Canadien français sur trois vivait en Nouvelle-
Angleterre, soit un million de Franco-Américains. Leur sort est presque
aussi inconnu au nord qu’au sud de la frontière canado-américaine.
David Vermette lève le voile sur cette page d’histoire peu connue.
Voir recension du 10 décembre 2019.

Benoît Cazabon a plusieurs cordes à son arc

Écrivain, linguiste et pédagogue, Benoît Cazabon est un spécialiste
de la communication en langue maternelle dans des milieux minoritaires. Originaire de Verner, près de Sturgeon Falls,
ce Franco-Ontarien de 75 ans a mis sa plume au service de
la recherche et de l’édition universitaire, du roman identitaire
et même du portrait littéraire.

Professeur à la Faculté d’éducation de l’Université Laurentienne (Sudbury, 1969-1987), Benoît Cazabon participe à la fondation de l’Institut franco-ontarien en 1976 et devient son premier directeur. Dans le contexte post-soixante-huitard, Cazabon fait partie de ces jeunes profs désireux de construire un enseignement universitaire qui inclurait les nouvelles réalités émergentes, pas juste l’histoire
et le folklore.
« Nous ne savions à peu près rien de nous-mêmes. Nous savions une chose : nous voulions prendre la parole en tant que groupe intellectuel. Et cette parole se manifesterait dans des structures autonomes. La conscience collective
d’un "Nous" s’éveillait et c’est ainsi qu’est né le besoin d’une publication autonome, la Revue du Nouvel-Ontario (1977).
Les premiers numéros de la revue traitent de sujets aussi variés que syndicalisme et participation à la politique, mouvement coopératif et économie, santé et sports, idéologie et conception de soi, bilinguisme et maintien de
la langue minoritaire, éducation et autonomie de la gestion scolaire.
Benoît Cazabon a tour à tour enseigné à l’Université Laurentienne, l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario et l’Université d’Ottawa. Ses recherches
en linguistique ont donné lieu à plusieurs articles et à un important essai intitulé Langue et culture : unité et discordance (Prise de parole, 2007).
Selon le pédagogue-linguiste-écrivain, « une des courroies motrices de
notre épanouissement passe par l’obtention de lois fortes qui permettent à
des institutions autonomes d’abriter des individus motivés à se reproduire ». Parmi les freins, il place « les institutions bilingues où la force dominatrice épuise l’énergie du groupe minoritaire, forçant les individus à s’accommoder dans un entourage réfractaire au maintien de leurs valeurs ». L’Université
de l’Ontario français lui tenait déjà à cœur vingt ans passés.
Benoît Cazabon a pris sa retraite de l’enseignement à l’âge de 65 ans.
Il se tourne alors vers le roman identitaire en publiant Mattawa, à contre-courant (Prise de parole, 2012). Ce premier ouvrage de fiction prend la forme d’un journal tenu par à un médecin de Mattawa entre 1889 et 1919. Il est évidemment question du Règlement 17, mais l’auteur préfigure aussi la gestion par et pour les Franco-Ontariens (obtenue en 1997) lorsque son personnage écrit que « contrôler les écoles sans gérer le système d’éducation, c’est comme tenir un boyau d’incendie qui n’est pas branché à une borne-fontaine ».
Dernière corde à son arc, l’auteur fait œuvre de pionnier en peignant en mots
le portrait d’un peintre franco-ontarien très connu. Dans Bernard Aimé Poulin, u
n portrait – a portrait
(Marcel Broquet, 2019), Cazabon écrit qu’un artiste laisse du sien sur la toile, car « tout questionnement, toute recherche, toute inquiétude, tout inachèvement viennent de l’intérieur de l’artiste ».
Par le biais de publications savantes, roman identitaire et portrait littéraire,
Benoît Cazabon permet à la société franco-ontarienne de réfléchir sur
son devenir constamment en marche.

De sa langue maternelle
à sa langue seconde

Après le roman et l’essai historiques en français, voilà que
la prose homoérotique en anglais attire gaiement l’écrivain
Paul-François Sylvestre « Dans ma langue maternelle,
je célèbre la francophonie ontarienne, mais dans ma langue
seconde je fouine en bas de la ceinture, ha, ha. »

Sylvestre a publié une cinquantaine de nouvelles sur le site suédois Gay
Demon au cours de la dernière année. Un choix de 36 textes homoérotiques, pour ne pas dire pornographiques, sont maintenant réunis sous le titre Man-to-Man Pleasure. Ils sont regroupés sous six rubriques : • First time & coming out
• Interracial • Daddies • Russian & Ukrainian File • American File • Bondage & group sex.
L'éditeur américain iUniverse présente l'ouvrage en ces termes : "Whether you are top or bottom, daddy or son, Black, White or Asian, romantic or just horny, whether your fetish is underwear, jockstrap, tight jeans or leather gear, these thirty-six short stories are bound to give you a hard-on."
Le livre, en formats papier et électronique, est disponible à l'adresse suivante : https://www.iuniverse.com/en/bookstore/bookdetails/802978-man-to-man-pleasure