www.pfsylvestre.ca
Photo : Nancy Vickers

MENU DES TITRES RECENSÉS
DEPUIS DÉCEMBRE 2019

300 raisons d’aimer Toronto, guide de Jean-Michel Dufaux : 24 février 2020
Antonin, roman de Samuel Champagne : 11 mars 2020
Buffet froid, nouvelles de Louise Dandeneau : 16 juin 2020
Cicatrices, roman de Camille Bouchard : 2 juillet
Des Franco-Ontariens inspirants – 25 coups de cœur d’une passionnée, essai de Danielle Carrière-Paris : 27 janvier 2020
Emily Carr: une artiste dans
la forêt
, album de 
Lyne Gareau :
29 mars 2020
Encyclopédie des animaux, album de Julie Howard : 9 février 2020
Engloutis ! album d'Émilie Vast :
17 février 2020
En savoir trop, nouvelles de David Bélanger : 26 janvier 2020
Essais cliniques aux laboratoires Donadieu, nouvelles de Louis-Philippe Hébert : 25 février 2020
Et fuir encore, nouvelles de Rossel Vien :15 juin 2020
Farida, roman de Monia Mazigh :
8 février 2020
Génération sandwich, roman de Hélène Koscielniak : 10 mars 2020
Impudique point ne seras, 
roman de 
Jean-Pierre Charland :
20 janvier 2020
Inacceptable, roman de Stéphanie Gauthier : 18 février 2020
La Vie au-dehors, nouvelles de Geneviève Boudreau : 21 juin 2020
La Vie avant tout, tome 1, roman
de Michel Langlois : 6 juin 2020
La vie est un roman, roman de Guillaume Musso : 7 juin 2020
Le bleu des garçons, fictions, d'Éric LeBlanc : 14 mai 2020
Le grand cahier de Jérôme, roman d'Odette Mainville: 30 juin 2020
Le plus grand secret du Vatican : crimes sexuels et Église, essai d'Alain Pronkin :14 juin 2020
Le Survenant, roman de Germaine Guèvremont : 26 février 2020
Les belles histoires d’une sale guerre, récits d'Alain Stanké :
27 mars 2020
Les dépossédés du Vieux-Hull, récit poétique de Pierre Raphaël Pelletier : 18 mars 2020
Les voyages de la Liaison française 1949-1959, articles de Pierre Laporte : 19 janvier 2020
Madame B, roman de Sandrine Destombes : premier juillet 2020
Mariage et famille au temps de Papineau, essai de Serge Gagnon :
12 mai 2020
Merci, maman! album de Matt Cosgrove : 20 mars 2020
Paf !, album de Jérôme Camil :
20 juin 2020
Perdue au bord de la baie d’Hudson, roman de Micheline Marchand : 28 janvier 2020
Petites annonces, haïkus libres de  Nicholas Giguère : 28 mars 2020
Poèmes de la Cité, poésie et arts visuels sous la direction d’Andrée Lacelle : 14 avril 2020
Pour qui je me prends, récit de Lori Saint-Martin : 19 mars 2020
Quand arrive la pénombre, nouvelles de Jaume Cabré : 8 juin 2020
QuébeQueer – Le queer dans
les productions littéraires, artistiques et médiatiques québécoises
, collectif s
ous la direction de Isabelle Boisclair, Pierre-Luc Landry et Guillaume Girard : 15 avril 2020
Racontez-nous l’Est ontarien, récits d'un collectif : 13 mai 2020
Résistances, mobilisations et contestations. L’Association canadienne-française de l’Ontario (1910-2006), essai sous la direction de Michel Bock et Yves Frenette : 10 février 2020
Serge Savard : Canadien jusqu’au bout, biographie par Philippe
Cantin : 18 janvier 2020
Sergent Billy, album de Mireille Messier : 12 mars 2020
Si belle en ce mouroir, roman
de Marie Laborde : 22 juin 2020
Un automne noir, roman de Florian Olsen : 19 février 2020
Un homme meilleur, roman de Louise Penny : 13 avril 2020

Bienvenue sur le site jaipourmonlire.ca !

Vous y trouverez surtout des recensions de livres franco-canadiens, québécois
et français, parfois des traductions d'ouvrages américains, britanniques., suédois ou islandais. À moins d'indication contraire, les articles sont rédigés par
le critique littéraire Paul-François Sylvestre (photo ci-contre).
La quarantaine de titres recensés depuis janvier 2020 figurent dans la colonne de gauche; ils sont présentés en ordre alphabétique, avec la date de publication. Sur la page J'AI LU POUR VOUS, les recensions apparaissent de la plus récente jusqu'à la plus ancienne mise en ligne. La troisième page présente quelques COUPS DE COEUR au fil des mois. Bonne lecture !

COUP DE COEUR DE JUIN 2020

Guillaume Musso, La vie est un roman,
Paris Éditions Calmann-Lévy

Ici, fiction et réalité s’entrecroisent,
s’embrouillent le plus souvent.
Ce roman atypique devient une occasion
de réfléchir sur le métier d’écrivain.
Voir recension du 7 juin 2020.

Les éditeurs franco-ontariens
à l’heure de la pandémie

Dans le monde de l’édition, la pandémie force à reporter la sortie de nouveaux titres, à organiser des lancements et salons du livre virtuels, voire à offrir des livres à rabais. C’est notamment le lot des maisons franco-ontariennes.
Les imprimeurs vont graduellement rouvrir, mais «sortir un livre papier maintenant serait un suicide, car les librairies sont encore fermées», affirme Marc Haentjens, directeur général des Éditions David. « Nous n’avons rien annulé, juste reporté de quelques mois, pour la rentrée d’automne », note Lara Mainville, directrice des Presses de l’Université d’Ottawa.
La codirectrice générale et directrice de l’édition aux Éditions Prise de parole, denise truax, souligne que « c’est un sérieux casse-tête de faire le pont entre
la rentrée littéraire du printemps et cette de l’automne. D’une part, il ne faut pas inonder le marché et, d’autre part, il faut rassurer les autrices et auteurs qui veulent passer à autre chose. »
LIVRES NUMÉRIQUES EN HAUSSE
En ces temps difficiles où le confinement est de mise, les livres restent un excellent moyen pour se divertir, pour voyager dans le confort de son salon. Aussi, le Regroupement des éditeurs franco-canadiens a-t-il décidé d’offrir
une sélection de 28 livres numériques, dont 13 publiés chez des éditeurs franco-ontariens, à 50 % de rabais jusqu’au 30 avril.
« Avec l’enseignement en ligne, les écoles se tournent vers les versions numériques de livres au programme, note denise truax; nous n’avons jamais
eu autant de demandes. » Le grand public préfère toujours la version papier, ajoute-t-elle.
SALON DU LIVRE VIRTUEL
Les Éditions Luzerne rousse, maison québécoise spécialisée dans le livre pour jeune adulte, ont organisé un Salon du livre virtuel du 23 au 26 avril, auquel
ont participé les Franco-Ontariens Pierre-Luc Bélanger, auteur du roman L’Odyssée des neiges (David), et José Claer, auteur du recueil de poésie Mordre jusqu’au sang dans le rouge à lèvres (L’Interligne).
«Les rencontres par vidéo sont tout aussi stimulantes, sinon plus qu’une présence en salon traditionnel. On est pratiquement en tête-à-tête avec l’auteur», explique Lisanne Rheault-Leblanc, responsable des communications
à L’Interligne.
En raison de la COVID-19, les salons du livre de Trois-Rivières, de Québec, de
la Côte-Nord et de l’Abitibi-Témiscamingue, qui devaient avoir lieu ce printemps, ont tous été annulés. Il y a une exception: le Salon du livre du Grand Sudbury a réuni plus d’une quarantaine d’autrices et auteurs qui se sont prêtés à l’aventure d’une programmation virtuelle du 7 au 10 mai.
700 000 $ DE FACEBOOK
Grâce à une contribution de 700 000 $ de Facebook Canada, le Centre national des Arts (CNA) a lancé une initiative virtuelle qui permet à des artistes et écrivains de faire des prestations en ligne. « Une rencontre littéraire et culinaire avec Monia Mazigh, autrice du roman Farida (David), a eu lieu le 5 mai sous
le thème du féminisme dans la cuisine », note Marc Haentjens.   
Et le lancement du recueil Poèmes de la Cité (David), sous la direction d’Andrée Lacelle, s'est tenu le 21 mai. Deux comédiens au lu des extraits. Chaque prestation a donné droit à un cachet de 1 000 $ et la prestation a été diffusée sur la page Facebook du CNA.
Enfin, en temps de crise et de confinement, « il y a une demande de plus en plus grande pour un accès gratuit à nos produits, de souligner Lara Mainville. La Covid-19 ne fait qu’exacerber le problème des ventes. »